Publié le Par Isabelle Loyer

Une histoire d’amour

Tout a commencé un samedi matin de septembre 2004, ma fille avait 3 ans et elle rêvait, déjà, d’être une ballerine. Florianne était une enfant timide et réservée à l’extérieur de la maison. Elle adorait son cours de ballet et elle en parlait tout le temps à la maison, mais sa prof croyait le contraire. Le jour de la présentation devant les parents, ma fille s’est transformée, elle avait un public, ses gestes étaient précis, elle avait tout enregistré la chorégraphie dans sa petite tête d’enfant de 3 ans et en plus, elle en rajoutait…elle faisait rire le public ! C’est cette journée que notre passion et notre amour pour la danse est née.

Quelques années plus tard, ma fille continuait de danser, mais j’avais le sentiment qu’elle stagnait dans son école de danse. Je sentais que sa passion s’effritait et qu’elle avait besoin d’un nouveau défi. C’est cette année là que nous avons pris la meilleure décision, changer d’école de danse.

En 2010, à l’âge de 10 ans, ma fille venait d’entrer à l’école de danse Louise Lapierre Danse. Nous ne savions pas que cette école de danse allait devenir dans son cœur sa nouvelle maison. Je l’ai compris quelques années plus tard, le jour où sur son profil Instragram, elle a partagé une photo du studio B en écrivant «Mon t’ptit monde».

C’est à ce moment que mon histoire d’amour avec LLD, en tant que maman, a débuté. Semaine après semaine, même si nous devions faire parfois plus d’une heure et demi de route, vive la circulation montréalaise, mon conjoint et moi étions heureux de quitter la maison pour amener notre fille à la plus parfaite des écoles pour elle: un endroit où on prônait l’amour de la danse, la santé et le plaisir, des valeurs importantes pour moi. J’avais, moi aussi, l’impression d’être un peu chez moi quand je montais l’escalier de l’école de danse, l’odeur, la musique, l’accueil, un sentiment familier et agréable d’être dans un endroit où ma fille traversait avec douceur la période tumultueuse de l’adolescence.

À son arrivée en 2010, Florianne était toujours réservée et elle avait de la difficulté à aller vers les autres. Après deux ans de cours d’ados, en sortant de scène, une prof, lui a suggéré de faire les auditions pour les Boursiers. Elle avait toujours cette même énergie sur scène que lors de son premier spectacle à 3 ans. Elle était tellement énervée, quand elle nous a rejoint, elle se sentait privilégiée qu’on ait reconnu son talent. Moi, j’avais les larmes aux yeux.

Lors de sa première audition de Boursiers, Florianne était nerveuse et comme toujours elle ne croyait pas en ses chances. Encore une fois, je devais avec amour la rassurer, lui dire qu’elle avait sa place dans ce groupe et que peu importe le résultat, cette expérience serait formatrice pour elle. Elle est devenue boursière et cette nouvelle étape de sa vie l’a transformée. Elle est devenue une meilleure danseuse, elle a développé une confiance en elle et en son corps, ce corps qui se transformait et qu’elle apprenait à aimer grâce aux bons conseils et aux enseignements de Louise et de ses profs. Moi, j’étais fière de cette adolescente qui avait une belle éthique de travail, qui découvrait le plaisir de se dépasser et d’être juste bien dans son corps et dans sa tête. Petit à petit, au-delà de la danse, elle a aussi appris à se faire confiance et à croire en elle, la jeune pré-adolescente timide et réservée se transformait sous mes yeux.

Les années de Boursiers ont été incroyables pour nous deux, elle avait des cours le jeudi en plus de ceux de la fin de semaine. Lors de nos périples en voiture, nous avons vécu des heures d’échanges et de discussions passionnées sur la danse, ses amis, ses profs et surtout sur l’ÉVÉNEMENT le plus important de l’année, le FESTIVAL. Moi aussi, j’attendais cet événement avec plaisir et avec un peu d’anxiété. Je constatais que ma fille se sentait chez elle et que son groupe d’amis s’élargissait. Oui elle devenait une meilleure danseuse, mais surtout elle devenait un meilleur humain. On dit que ça prend tout un village pour élever un enfant! Mon village, c’est LLD et ses habitants.

Le périple n’allait pas s’arrêter là, après ses années de boursière, le défi des troupes s’est présenté comme une évidence pour elle. Grâce à ses années en Boursiers, elle excellait dans plusieurs styles, mais le Hip Hop l’intéressait un peu plus. Et nous voilà repartit pour de nouvelles expériences passionnantes. Elle dans deux troupes, Tip Toz et Triggerz, et moi dans mon nouveau rôle de «Dance Mom» à apprendre les chorégraphies dans ma tête et à espérer une performance qui leur permettraient d’être fiers d’eux. Pour rien au monde, je n’allais manquer une compétition. J’ai suivi la troupe jusqu’à Toronto où j’ai vécu une expérience forte en émotions…Tip Toz et Triggerz ont participé au«Showcase», comble du bonheur, Triggerz a remporté la 1re place! Oui, oui, champions de Hit the Floor Toronto! Quel plaisir de voir tout ce beau groupe pleurer de bonheur et crier de joie.

Grâce à leur cheminement chez LLD et à Justin, le plaisir et la passion de la danse sont devenus contagieux. L’objectif n’était pas seulement de gagner, mais de faire de son mieux, d’être fier de soi et d’être présent aux autres. Bien entendu, gagner a été un plus sur leur parcours. Ils ont appris à se fier les uns aux autres, à s’encourager et à se relever lors des contre-performances. Comme une belle grande famille !

Je suis heureuse d’avoir l’opportunité de vivre une nouvelle saison de compétition. J’ai découvert que j’étais une vrai groupie ! L’histoire d’amour se poursuit !

Merci Flo, merci LLD!

Isabelle, Dance Mom #1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *